Immobilier au Burkina Faso : Les promoteurs rassurent

563 0

Suite à la suspension du traitement des dossiers de la promotion immobilière par le ministère de l’habitat le 9 février 2021, des promoteurs immobiliers ont animé un point de presse ce vendredi 12 mars 2021 à Ouagadougou. Ils ont affirmé que cette suspension n’est pas synonyme d’un arrêt de leurs activités.

Le 9 février 2021, le ministère en charge de l’urbanisme a, par circulaire, procédé à la suspension du traitement des dossiers de promotion immobilière. L’Association des promoteurs immobiliers du Burkina (APIB), l’Union des associations des promoteurs immobiliers du Burkina (UNAPIB) et le syndicat des promoteurs immobiliers ont signifié que cette circulaire concerne uniquement les agents du ministère de l’habitat.  

« Cette note au fond est adressée aux agents relevant du ministère et également à tous les acteurs de la chaîne d’activités avec pour objet de faire une pause pour mieux appréhender la situation afin de dégager des solutions efficaces aux difficultés constatées dans la pratique de l’activité, et ce aussi bien au niveau de l’administration que du côté des acteurs. De notre point de vue, cette suspension s’inscrit donc dans la dynamique de permettre au nouveau ministre de se faire une idée des dossiers en instance, de mieux s’imprégner des réalités afin d’apporter des solutions à terme », a affirmé le président de l’APIB, Roger Nikiéma.

Lire également 👉 Logement au Burkina : Le ministère de l’habitat s’ouvre aux journalistes

A l’écouter, les promoteurs immobiliers entretiennent de bons rapports avec leur ministère de tutelle. Cependant, les conférenciers du jour ont dénoncé une lenteur administrative qui «  constitue le principal goulot d’étranglement de l’activité ».

« Le non-traitement des dossiers par l’administration dans les délais requis entrave le processus, occasionnant ainsi des manquements et irrégularités que nous déplorons tous dans l’exercice de l’activité de promotion immobilière », a déploré Roger Nikiéma.

Par ailleurs, concernant l’accaparement des terres, Seydou Boro, secrétaire général de l’APIB, a fait savoir que tout le monde est concerné. Pour lui, avant la promotion immobilière, sur les axes des grandes villes des Burkinabè ont acheté des terres.

« Pourquoi un promoteur immobilier qui paye trois hectares, il a tous les mille problèmes à résoudre ? L’accaparement des terres, ce sont tous les Burkinabè qui  sont concernés. Il n’y a pas un « grand » au Burkina Faso aujourd’hui qui n’as pas payé des hectares. Des ministres, des députés et même des journalistes ont payé des terres au Burkina Faso. Mais si un immobilier paye, c’est un problème, alors qu’il est habilité à le faire », a relevé Seydou Boro.

En outre, concernant la promotion foncière et l’immobilière, Gilbert Kafando, un des conférenciers, a expliqué que tous les produits sont vendables, selon la loi.

Egalement, il a ajouté que sur un projet immobilier, il est prévu des réserves administratives. « Sur une superficie de 100 hectares, le promoteur doit réserver 10 hectares pour l’Etat pour les services sociaux de base. Aussi, une imposition est de consacrer 30% aux logements sociaux », a-t-il déclaré.

Il a souligné que la réalisation des logements sociaux doit être accompagnée avec l’appui de l’Etat. Selon les conférenciers, au Burkina Faso, on dénombre 278 agences agréées de promotion immobilière à la date de mai 2019.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *