produits forestiers non ligneux

Transformation des produits forestiers non ligneux : Le PAPF outille des femmes de la région de la Boucle du Mouhoun

324 0

Le Projet d’appui aux populations locales dépendantes de la forêt (PAPF) a outillé des organisations féminines dans la transformation des produits forestiers non ligneux dans la région de la Boucle du Mouhoun. Rencontre avec des  structures qui ont bénéficié de l’appui du PAPF le jeudi 15 avril 2021.

Au Burkina Faso, les produits forestiers non ligneux se caractérisent par la saisonnalité, leur abondance et la spéculation régionale. Ainsi, des pertes sont enregistrées à cause des difficultés, notamment le manque de technicité pour la conservation et la transformation.

Alors, le PAPF a soutenu  des organisations féminines dans le cadre de la transformation et la commercialisation des produits forestiers non ligneux.

Dans la commune  de Oury, dans la région de la Boucle du Mouhoun, le groupement féminin Bangadongome qui évolue dans la transformation du beurre de karité, du soumbala, du savon à base de l’huile de neem et du miel, a vu sa capacité renforcée par le PAPF.

Lire également 👉Protection de la nature au Burkina : La contribution du PAPF dans la région du Centre-Ouest et la Boucle du Mouhoun

Avec un montant de plus de 7 millions FCFA, le groupement a bénéficié des formations, des équipements et la mise en place d’une unité de production de soumbala. La présidente du groupement, Jeanne Bénon, a expliqué que la structure regroupe une quinzaine de femmes.

Elle a remercié le PAPF pour le soutien. « Avant c’était de façon artisanale que l’on transformait nos produits. Mais avec le projet, nous produisons plus et notre revenu a augmenté de façon sensible », a souligné Jeanne Bénon.  

le Projet d’appui aux populations locales dépendantes de la forêt (PAPF) a soutenu des organisations féminines
Le PAPF a soutenu des organisations féminines

En outre, dans la commune de Boromo, dans la région de la Boucle du Mouhoun, l’association solidarité et développement communautaire a également bénéficié de l’appui du PAPF en renforcement de capacité de production et de commercialisation du soumbala.

Avec un montant de plus de 15 millions de FCFA, l’association a mis en place un siège, équipé une unité de production et amélioré les emballages. La présidente de l’association, Dissèta Zansè, a fait savoir que la structure regroupe 45 membres et le chiffre d’affaire tourne autour 250 000 FCFA mensuel.

La présidente de l’associationl’association solidarité et développement communautaire, Dissèta Zansè,
La présidente de l’association solidarité et développement communautaire, Dissèta Zansè

« Le projet a apporté un changement qualitatif dans la vie des membres que nous sommes. On arrive à contribuer aux dépenses familiales. Le projet nous a été très bénéfiques. Actuellement, la plus grande difficulté est le manque d’eau sur le site pour faciliter la transformation et ajouter d’autres activités », a-t-elle laissé entendre.

Par ailleurs, à l’écouter, l’expérience acquise a permis à l’association de bénéficier de plus de deux autres financements d’autres bailleurs.

Toujours dans la commune de Boromo, l’association Jigisèmè qui évolue dans la transformation de jus à base des produits forestiers non ligneux a bénéficié du soutien du PAPF. L’association produit des jus, entre autres, de liane, de raisin sauvage, de tamarin, de gingembre et pain de singe.

…Actuellement, on peut vendre entre 15 000 à 20 000 FCFA par jour… 

Avec le soutien du PAPF de plus de 9 millions de FCFA, l’association a monté une unité de transformation et de conservation des jus. La présidente de l’association, Mamounata Bado, a rappelé que la structure regorge de plus de 30 femmes.

Les jus de l’association Jigisèmè à Boromo
Les jus de l’association Jigisèmè à Boromo

Elle a révélé que ce sont les formations du PAPF qui ont permis de lancer à proprement dit la transformation. « Actuellement, on peut vendre entre 15 000 à 20 000 FCFA par jour », a-t-elle indiqué.

En rappel, le président du comité national de pilotage du projet PAPF, Idrissa Zéba, a expliqué que le projet vise à apporter un soutien aux populations vulnérables et locales qui sont déconnectées du système classique de financement. Il a précisé que c’est la première fois que la Banque mondiale finance directement des structures bénéficiaires au lieu des Etats. Aussi, le PAPF, projet pilote prend fin en juin 2021.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *