Monnaies électroniques : Les parlementaires de la CEDEAO à l’école de la crypto monnaie à Ouagadougou

458 0

Le parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) organise une réunion délocalisée sous le thème « la cryptomonnaie comme facilitatrice du commerce communautaire en Afrique de l’Ouest », du 6 au 10 juillet 2021 à Ouagadougou. Il s’agit de mener la réflexion sur l’Afrique de l’Ouest face aux enjeux de la cryptomonnaie. 

Une cryptomonnaie est une devise numérique décentralisée qui utilise des algorithmes cryptographiques et un protocole nommé «blockchain» pour assurer la fiabilité et la traçabilité des transactions. L’adoption de la cryptomonnaie touche le monde entier et trouve de plus en plus d’utilisateurs dans les pays et les régions en développement. Les États commencent à se rendre compte de la nécessité de prémunir les citoyens contre une utilisation abusive et de la règlementation de son utilisation.

C’est dans cet esprit que le Parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), conscient de la nécessité de sensibiliser les citoyens sur les implications de la cryptomonnaie, a décidé d’organiser cette réunion. 

Le parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)
Le parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)

Ainsi durant cinq jours à Ouagadougou, les députés de la CEDEAO vont se pencher sur « la cryptomonnaie comme facilitatrice du commerce communautaire en Afrique de l’Ouest ». Cette rencontre vise à permettre aux députés de la CEDEAO d’accéder à une compréhension de la cryptomonnaie et de son utilisation dans le processus de facilitation de l’intégration régionale. 

La rencontre offre également l’opportunité aux parlementaires régionaux de déterminer la nécessité et la nature de la réglementation pour se prémunir contre une utilisation abusive de la cryptomonnaie dans la région.

Au cours des échanges, des experts vont décrypter cette monnaie virtuelle et fournir aux participants des connaissances nécessaires pour mieux appréhender son utilisation.

Nous analysons les domaines de préoccupations ainsi que les soutiens à apporter à ce nouveaux système de paiement.

Le 2e vice-président du parlement de la CEDEAO, Boukary Sani Zilly, a expliqué que les députés discuteront des avantages et des inconvénients de la cryptomonnaie.

« Nous analysons les domaines de préoccupations ainsi que les soutiens à apporter à ce nouveau système de paiement. Nous examinerons quel rôle les banques centrales et la règlementation étatique peuvent jouer pour garantir un meilleur fonctionnement  pour assurer la protection des concitoyens contre le choc et le changement volatile que les monnaies numériques sont très susceptibles de provoquer », a-t-il indiqué. 

La ministre déléguée en charge de l’Aménagement du Territoire et de la Prospective, Pauline Zouré
La ministre déléguée en charge de l’Aménagement du Territoire et de la Prospective, Pauline Zouré

Egalement, la représentante du président l’assemblée nationale du Burkina Faso, Marie Chantal Boni, a fait savoir que face à cette monnaie numérique « nous devons nous y préparer ».

« Il apparait presque évident que l’avenir de la monnaie et de la finance mondiale sera dans les cryptomonnaies », confie-t-elle. 

Lire également 👉Lutte contre la corruption en Afrique : Le Parlement de la CEDEAO en ordre de bataille

La ministre déléguée en charge de l’Aménagement du Territoire et de la Prospective, Pauline Zouré, a souligné la pertinence du thème.

« Ce thème est vital pour nos économies et pour nos pays dans ce sens où l’utilisation de la cryptomonnaie occupe de plus en plus de place dans le quotidien de nos économies. Il est donc temps que nous puissions regarder au niveau de nos administrations, des institutions sous régionales qu’elle est la meilleure façon que nous, les Ouest-Africains, pouvons tirer le meilleur profit de cette monnaie », a-t-elle laissé entendre. 

Elle a relevé qu’elle restera attentive aux conclusions et aux recommandations qui sortiront de la rencontre.

En rappel, le parlement de la CEDEAO est composé de 115 sièges et est à sa 5e législature.

Jules César KABORE  et Debora DARGA (Stagiaire)

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *