Référendum : Ce silence à Kossyam

533 14

Référendum ! Le mot a remplacé « Sénat » dans la bouche des hommes politiques au Burkina. Il est modulé avec la plus célèbre des dispositions de la Constitution burkinabè : « l’article 37 ». A la différence du Sénat, qui a alimenté des marches, le référendum se conjugue dans les stades.

L’opposition dite « pure » et le pouvoir, avec ses alliés du Front républicain, le maudissent ou le bénissent.  Les opposants le rejettent en vertu du « respect de la Constitution ». Les dirigeants du moment l’appellent de tous leurs vœux en vertu du … « respect de la Constitution ».

Pour le moment, le principal argument, le soutien du « peuple » à l’un ou l’autre camp, se fourbit dans les stades, à grand renfort de comparaison et de création de nouvelles expressions. C’est ainsi que celle du « remplir un stade recto, verso avec intercalaire » est désormais inscrite dans le vocabulaire politique du Burkina.

La prochaine manifestation immédiate en relation avec le référendum aura lieu ce samedi là où “l’affaire” du référendum  a commencé : Dori, où l’opposition tient son troisième « rassemblement populaire » dans le cadre de sa « campagne contre le référendum ».

 On aura noté qu’à Bobo-Dioulasso, le 14 juin dernier, lors du deuxième meeting, le parti au pouvoir a organisé un autre meeting concomitant. En sera-t-il de même au Sahel où l’opposant Arba Diallo “contrôle” la  mairie de Dori ? Réponse dans quelques heures…

En attendant, l’inquiétude est latente dans bien des esprits. Nombreux sont les observateurs qui craignent que les « oui » et les « non » au référendum ne débordent sur un terrain incontrôlable.

 Jusque-là, les différentes manifestations se sont passées dans un esprit civique, empêchant notamment forces de l’ordre et manifestants de « se rentrer dedans ».

 Mais le 28 juin dernier, les choses ont dégénéré devant la mairie de Bobo-Dioulasso où un sit-in d’un mouvement de la société civile, « le Balai Citoyen »,  pour dénoncer la gestion du locataire des lieux a été dispersé au gaz lacrymogène pour défaut d’autorisation.

C’est un signe qui montre que la saturation n’est pas loin. Une situation qui n’est pas aidée par le silence du Chef de l’Etat Blaise Compaoré.

Ce dernier, après avoir levé le lièvre à Dori en décembre 2013, puis lui a fait peur avec ses sorties dans  différentes villes du pays, est retourné à ses voyages, et surtout à la médiation malienne.  Laissant les acteurs politiques à leur sort, qui agissent et parlent tout en ayant  le cou tordu vers ses lèvres.

Dans tous les cas, il faudra bien finir par rompre ce suspense, en répondant au moins par « oui » ou par « non » à l’appel lancé par le CDP, depuis maintenant plus de deux mois …

Abdou ZOURE
Burkina24


Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 14 commentaires

  1. L?opposition uni Et le CDP en perte de vitesse. Cette image traduit le d?clin tr?s proche du CDP.

    La suite reste avenir

  2. Sawadogo, au 21e si?cle quand on est un politique confirm? et ?lu par son peuple, on ne parle pas par des griots, on se montre tel qu?on est pour gagner la confiance de son peuple : de Yameogo a Houphou?t, de Gerard Kango a Koulibaly, de Lamizana a sankara, ils ont prouv? au peuple qu?ils ?taient des chefs et capables, en ?tant des orateurs insoutenables. Blaise Compaor? est form? pour tuer et tromper. Si des incapables comme Salia parlent au non de Blaise Compaor? et il y a du monde qui l??coute, le Burkina est devenu un pays de la mafia et non un pays des hommes int?gres.

  3. Quel silence? vous pensez que les assimi, salia et cie agissent d'eux-m?mes:blaise est un chef africain il a des griots pour dire tout haut ce qu'il dit tout bas. seulement la mort de NORBERT ZONGO ne sera pas gratuite et l'argent public ne sera pas jet?. ce qui est inqui?tant c'est la "neutralit?" des religieux. la conf?rence ?piscopale de la RDC est ? f?liciter:le pire c'est le silence coupable de ceux qui doivent dire la v?rit

  4. Oui Mr. Lumi?re qui est dans le noir, le referendum aura lieu par force et non par la volont? du peuple, ?a toujours ?t? ainsi avec Mr. blaise Compaor?. Je vais t??clairer un seul point afin que tu sache que ce referendum sera imposer de force au peuple qui a 90% a choisi l?alternance, mais qui subit la loi du plus fort, car l?autre cot? il y a les armes, et le peuple des simples mains blanches. A l?heure o? nous en sommes le 4. 07. 2014, pour que le pr?sident Blaise Compaor? puisse demander un referendum au peuple pour modifier l?article 37 dont la lettre et l?esprit de cette m?me article interdisent un pr?sident du Faso de briguer 3 mandats pr?sidentiels cons?cutifs, il faut absolument que le pr?sident Blaise Compaor? passe par le conseil constitutionnel, se saisir de cet organe complique tout, car il se saisi lui-m?me, le conseil constitutionnel est compos? par le pr?sident lui-m?me , le premier ministre, le pr?sident de l?assembl?e nationale ou 1/5eme des d?put?s, tout ce monde est le miroir et le r?pondant du pouvoir Blaise Compaor?, l?opposition va venir ce magouillage qui risque le d?saveu populaire et m?me peut contraindre le pr?sident de d?missionner avant la fin de son mandat qui n?est bien pour une alternance pacifique, car passer outre les prescriptions de l?article 37 a un referendum bidon est violer nos lois. Lumi?re, le silence du pr?sident a la demande du referendum par vous autres qui pensent a vos gosiers et non ce qui est mieux pour le peuple, demande une grande r?flexion d?une personne qui est repr?sentant de 16 millions d??me qui est le pr?sident Blaise Compaor?. Permettez-le de se reposer. Je ne suis pas contre le pr?sident Blaise Compaor?, avec une bonne ?quipe autrefois, de 1998 a 2005 ils ont accomplies les 6 engagements promis au peuple. Mais depuis, avec une nouvelle mauvaise ?quipe, ils d?truisent tous dont ils ont b?tis avec la corruption ? ciel ouvert. Il nous faut l?alternance pour faire avancer le Burkina. A vrais dire le pr?sident est coinc

  5. Qu’on le veut ou pas le r?f?rendum aura bel et bien lieu. Le pouvoir au peuple, c’est au peuple de d?cider de son sort, pas ? un groupe d’individu aux intentions inconnues. Le peuple doit s’exprimer et personne ne peut s’opposer ? ?a.

  6. Il y a de l?eau dans le vin de Kossyam, tant que le sous-marin qui est Gilbert, celui qui fait le beau temps et le mauvais temps dans l?entourage du pr?sident, ne donne pas sa confiance ? Fran?ois Compaor?, Blaise sera muet jusqu?au bout. Depuis ce 15 Octobre o? Thomas Sankara a ?t? froidement assassin? avec ses compagnons, le pr?sident Blaise Compaor? est prisonnier de Gilbert le noyau dure du r?gime. Toutes les d?cisions venant du pr?sident sont dict?s par celui qui peut de son vivant envoy? en une fraction de seconde le cam?l?on de Ziniar? a la CPI. Tant que le fameux Gilbert ne tranche pas, le peuple restera derri?re le mure jusqu?au prochain coup d??tat ou une mort naturelle entre l?un des deux, un mot d?ordre attribuer au pauvre Thom ?????mort naturelle.???? Le peuple Burkinab? sait qu?entre ces deux complices, c?est ????Voil? toi ! Voil? moi !?????

  7. Kel journaliste. Inchallah mon fils va imiter ce journaliste et sera comme lui. Du debut jusqu’a la fin de ses idees, il est pointu et fidele a ces lignes. BBBBIIIIIGGGG UUUUPPPP a lui.

  8. Ca c’est un bel article qui vaut le ticket pour la finale Pays-Bas-… au Bresil.
    Revenons a mon fr?re Kassoum. La position politique officielle d’un journaliste ne sert qu’a contribuer a detruire sa patrie. Je pense en tout cas kil connait bien son boulot au lieu de se jeter dans des entourloupes de politiciens mal intentionnes pour la majeure partie et pareils partout dans le monde.

  9. En tout cas quell silence!! Il est temps le President du Faso libere son peuple au lieu de prendre tout son temps a aider les autres.

  10. M. Zour?, on a atteint un stade o? on veut plus de ceux qui se disent ?quilibristes, neutres. Veuillez d?cliner votre position. Merci

  11. Article de tr?s belle facture!!!! maintenant c’est a savoir si ce silence n’est pas un moyen pour le locataire de kossyam de t?ter le terrain avant de se prononcer sur la question.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *