Burkina : Malam Dicko, le terroriste qui veut s’installer au nord

3 2

Un terroriste du nom de Malam Dicko voudrait installer sa cellule au nord du Burkina, précisément à Djibo. Le groupe qu’il a fondé s’appelle Ansaroul Islam.

« Tout tourne autour de Malam Dicko », déclarait le ministre de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, lors d’une conférence de presse le 4 janvier 2017, pour donner un visage à l’auteur des malheurs qui s’abattaient sur le nord du Burkina depuis 2016.

Cette phrase se confirme davantage aujourd’hui puisque, selon RFI, l’intéressé, qui opérait jusque-là depuis le nord du Mali qui lui sert comme base arrière, a décidé de s’implanter désormais sur la terre qui l’a vu naître avec son groupe, Ansaroul Islam.


Lire aussi ▶ Il faut sauver le nord


Les récentes manœuvres dans la zone, notamment les menaces contre des enseignants et des élus locaux, ainsi que l’assassinat de personnes soupçonnées de fournir des informations aux forces armées nationales, entreraient dans cette perspective. Va-t-il y parvenir ? Les yeux sont désormais tournés vers les autorités. 

Pour ce qui concerne Malam Dicko, originaire de Soboulé, il a étudié le coran au Mali. Il est présenté comme étant un disciple de Amidou Barry surnommé Koufa du Front de libération du Macina, un groupe armé qui est lié à An Sar Dine de Iya Ag Ali. Radicalisé,  Malam Dicko  aurait organisé et armé un groupe de fidèles avec qui il compte désormais prendre pied au nord du Burkina. 

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.
.

Il y a 2 commentaires

  1. C’est inquiétant et je me demande ce que sera le Burkina dans les jours et les années à venir.
    Ce qui m’intrigue le plus, ce sont ces petits groupes de radicaux qui se forment un peu partout dans le pays et on ne dit rien.
    Le phénomène n’est pas seulement au nord du Burkina.
    Dans certains lieux de la capitale et ailleurs au Burkina, nous voyons ces personnes qui adoptent des attitudes extrémistes et personne ne lève le pouce pour réagir.
    Dans nos établissements secondaires par exemple nous voyons des élèves qui se comportent de façon inquiétante et on ne dit rien.
    Dans nos quartiers des comportements extrémistes sont constatés et on laisse faire.
    Dans nos familles, ces attitudes extrémistes sont vécues et c’est l’indifférence totale.
    Je n’ai rien contre ces personnes voilées de la tête aux orteils, mais qui me dit que c’est une femme inoffensive qui est ainsi vêtue au nom d’une doctrine ou d’une religion? Personnellement je ne pactise pas avec ces Ninjas.
    Sommes-nous un Etat laïc ou non?
    Je redoute des attentats suicides dans certaines zones sensibles de nos villes telles nos établissements publics, certains services où il y a de l’affluence, la zone commerciale, nos lieux de culte.
    Le risque zéro n’existe pas mais on peut prévenir les actes terroristes. Unissons nos forces pour un Burkina de paix.
    Puisse Dieu protéger le Burkina

  2. Sauvons Djibo
    Pourquoi personne ne manifeste dans les grandes villes (Ouaga, Bobo) pour soutenir cette ville, cette région. N est ce une partie du Burkina qui est menacée?
    Sera t il possible de préserver la sécurité dans nos grandes villes si Djibo tombe?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre