Vie de “bonnes” : Causeries nocturnes à Naab-raaga

1964 3

Bonne, boy, domestique, aide-ménagère, aide-familiale ou travailleur et travailleuse domestique sont autant de substantifs qui désignent ceux et celles qui sont payés et assignés à certaines tâches ménagères. Au Burkina Faso, il y en a de plusieurs catégories. Il y a ceux qui doivent le faire permanemment pour subvenir à leurs besoins, il y a ceux qui en font un travail temporaire soit pendant les vacances et il y a ceux qui, après des études dans le domaine, en font un travail professionnel. L’Etat burkinabè dispose de deux centres de formation à cet effet. Mais même si bon nombre d’entre eux sont en ville, les plus courageux, traversent les frontières du pays pour exercer dans d’autres pays. Pour mieux les connaitre, Burkina 24 est allé principalement à la rencontre des femmes qui vivent et travaillent de manière informelle en qualité de domestique à Ouagadougou.

Le 1er mai 2018, nous reportons pour nos lecteurs la marche organisée par les syndicats du Burkina à l’occasion de la fête du Travail. Très vite, elles sortent du lot : des aide-ménagères, plus connues sous l’appellation “bonnes”, marchent pour le respect de leurs droits. Elles finissent comme des “stars” au bout des objectifs et des stylos des journalistes.

Pour en savoir davantage, nous nouons contact avec les responsables de l’Association de défense des droits des aide-ménagères et domestiques (ADDAD-Burkina). « Elles descendent très tard. Nous allons les rencontrer la nuit pour bien voir leur nombre », nous  fait savoir Sakinatou Ouédraogo, présidente de l’ADDAD. 

Rendez-vous est pris. Le 14 mai 2018, aux environs de 20h, Sakinatou Ouédraogo nous retrouve vers l’école de santé Sainte Edwige à Cissin. Nous devons visiter deux concessions, une à Naab-raaga et la seconde à Cissin, des quartiers de Ouagadougou. Elles sont toutes occupées par des aide-ménagères. Voici à quoi ressemble leur biotope :  comme un camp de réfugiés. Des nattes et matelas délabrés. Des pagnes à même le sol. Des moustiquaires qui ont perdu leur blancheur, accrochées d’une part aux murs et d’autre part, à des troncs d’arbres couchés qui constituent des tabourets, le tout disposé stratégiquement par parcelles. Des cris de bébés. Un mélange de fortes odeurs exhalées par la multitude de cuisines et certains habits à l’abandon. 

Lire 👉👉 Les domestiques s’organisent pour le respect de leurs droits

Peu avant 21h, nous sommes conduits dans un domicile à Naaba-raaga, un quartier situé côté sud de Ouagadougou. Dans la grande cour, le tintamarre signale leur présence. Les travailleuses domestiques, dont près de 70 filles et environ 30 femmes certaines avec des enfants, y occupent une bicoque d’une dizaine de tôles gracieusement offerte par le propriétaire qui a décliné notre offre d’interview. « Il ne réclame rien en fin de mois », renseigne Sakinatou Ouédraogo, qui poursuit, avec de grands gestes exposant son désarroi : « la maison ne peut pas les accueillir toutes, donc beaucoup vont dormir dehors ». A la belle étoile ! Devant la cour, face à la rue, se dresse un hangar occupé par certaines. Elles dorment sur la terrasse qui, à certains endroits, exhibe son aspérité. 

Nous baladant dans le labyrinthe de pieds allongés sous le hangar, un banc nous y attend. Place est prise avec Sakinatou Ouédraogo. A côté, à même la terrasse couverte de carreaux cassés et clairsemée de crevasses, Salamata Guindo est couchée sur un pagne, les pieds allongés. Elle est la plus âgée de la communauté. C’est la « maman » ici. « En cas de pluie, nous raconte-t-elle, c’est nous avec les enfants qui entrons dans la maison. Les autres vont rester dehors sous le hangar ou le manguier (il y a un manguier dans la cour devant la bicoque, ndlr) jusqu’à ce que la pluie finisse ». Aussi, poursuit-elle avec un air dépité, « les toilettes sont utilisées par les plus âgées. Les plus jeunes prennent leur douche au grand dehors ».

A un moment donné sous le hangar, la parole se libéralise. De petits groupes de discussion naissent. Un cri de rassemblement de Sakinatou Ouédraogo tonne et le silence revient. Les oreilles peuvent alors  mieux cerner les mots en mooré de la « maman ». C’est là qu’une voix s’élève au milieu des jambes pour rappeler que pour la défécation, c’est aussi la croix et la bannière. Malgré le malaise que cette révélation peut revêtir, l’envie de trouver des solutions est plus forte. « Nous allons sur nos lieux de travail. Sinon, nous utilisons des sachets (les rires s’élèvent) qu’on jette dans les décharges ». Pendant ces confessions, les deux mains soutenant son menton, Salamata Guindo ne fait qu’acquiescer. 

C’est ici, dans la rue, que les plus jeunes prennent leur douche – B24

Parmi les protégées de Sakinatou Ouédraogo, chacune a son histoire. Chacune a son vécu. Une existence parfois tragique. Sans caméra, les langues sont prolixes mais devant notre micro, la timidité prend le dessus. Mais beaucoup se sont confiées.

L’un des témoignages le plus frappant vient de Kadidia Ongoiba, travailleuse domestique dans la capitale malgré elle. Pour l’écouter, nous  quittons le hangar pour rejoindre la cour. Main dans la main, Sakinatou Ouédraogo tente de noyer le stress à peine voilé de Kadidia lorsque nous rejoignons le manguier. Sous celui-ci, les mères couchées, à notre vue, commencent à ranger certaines lingeries intimes étalées sur les rebords des moustiquaires. 

Kadidia, dans un tee-shirt qui laisse nues ses jeunes épaules, prend place sur une natte. Un tabouret d’à peine 20 cm de haut nous sert de reposoir. La voix tremblotante au début, la jeune fille s’élance. « Excusez-moi, je m’appelle Kadidia Ongoiba … je suis élève en classe de Première à Banh (une commune située dans la province du Lorom au Nord du Burkina Faso, ndlr) ». Du fait du terrorisme« j’ai demandé à mes parents, la permission de venir travailler à Ouagadougou », dit-elle. La jeune fille est arrivée le 17 mars 2018, dans cette cour à Naab-raaga, « parce qu’ [elle] était au courant qu’il y avait des Dogons ». Avec Kadidia, une dizaine d’autres filles ont également fait le voyage sur Ouagadougou.

Demoiselle Ongoiba, du haut de ses 19 ans, aide une femme à vendre du dokounou à travers les quartiers de la ville. Elle a un emploi de temps assez strict : « je commence le travail à 7h et je finis à 20h » et du lundi au dimanche. « Je n’ai pas de jour de repos. Si je veux me reposer, je ne pars pas travailler et je ne gagne pas de l’argent », ajoute la jeune fille. Avec son regard fuyant qui caresse de temps à temps sa bourse vigoureusement serrée dans sa main gauche, Kadidia parle peu. Les phrases sont entrecoupées. Les pales sourires qu’elle laisse apparaître à certains moments trahissent la froideur de son visage. Une certaine tristesse semble s’y coller comme un masque.

Kadidia n’est pas seule dans cette situation. La « maman » de la bicoque dans laquelle elle vivote en compagnie de près de la centaine de femmes et de jeunes filles a aussi son histoire à narrer. Cette mère trouvée à la capitale est originaire de Bani, un département du Burkina Faso située dans la région du Sahel. La peau rugueuse et le visage ridé, Salamata esquisse de temps en temps un sourire forcé. A la question de savoir ce dont elles ont besoin, alors que « la maman » caresse sa tête, une voix est sortie de l’ombre : « Nous voulons à manger, nous voulons de l’argent pour envoyer au village et des maisons pour dormir ».


Vidéo – Kadidia, domestique à Ouaga à cause du terrorisme

Dans cet élément vidéo, en compagnie de Salamata Guindo, Kadidia Ongoiba se confie.

 

Pour confronter les dires de Kadidia sur la fermeture d’écoles à Banh, nous avons également posé la question au ministre de l’éducation. Il confirme : « Nous avons effectivement été informés de ce que certains élèves soient allés pour être des personnels domestiques dans certains foyers et d’autres aussi sont allés sur des sites d’orpaillage. Ce sont des situations extrêmement dommages ».

Burkina 24


Autre quartier, identiques réalités. Dans la même soirée du 14 mai, à 22h 34, en compagnie de Sakinatou Ouédraogo, nous sommes au quartier Cissin, contigu à Naab-raaga. Ici, elles valent 120. Les travailleuses domestiques « possèdent » toute la cour avec une maison chambre-salon en banco aussi délabrée qu’elle donne l’impression de couler ses derniers jours. Plus loin, une autre maison en dur en voie de finition est également exploitée, mais le propriétaire réclame sa cour. Un délai de trois mois a été donné aux occupants pour la libérer.

Là aussi, la même loi s’applique. En cas de pluie, les femmes avec des enfants d’abord. Dans la nuit, difficile de percer des visages. Mais les signes de joies fusent quand la voix de Sakinatou Ouédraogo s’élève pour le « A salam aleykoum » lorsque nous franchissons les limites de la concession majoritairement occupée par des Maliennes.

Celle qui les écoute est là. Tout comme à Naab-raaga, toutes abandonnent les bicoques très tôt le matin à la recherche de lessive à faire, de maison à balayer ou d’autres activités à leurs cordes pour espérer un pain quotidien. Et chaque matin, les mères sont accompagnées de leurs enfants. Près d’une cinquantaine non-scolarisés et déscolarisés sont recensés dans les deux cours (à Naab-raaga et à Cissin, ndlr). Pourquoi ne sont-ils pas à l’école ? « Qui va les inscrire ? Nous n’avons pas cette force (moyens financiers, ndlr) », a rapidement répliqué Salamata Guindo auparavant.

« Ici, la vie n’est pas aussi dure qu’au village »

A Cissin, Awa Guiti a parlé. Burkinabè et originaire de Banh, elle s’est mariée il y a quatre ans de cela à un ressortissant de Tonou au Mali. Aujourd’hui, Awa a 22 ans et est mère d’un enfant.  « Je suis venue ici il y a deux mois parce qu’on manque d’argent, on manque de nourriture et quand on cultive, on ne récolte presque rien », dit-elle pour justifier son exode. Le mari de Awa n’était pas d’avis pour son départ, donc « j’ai fui chez mes parents à Banh avant de venir ici », raconte la jeune maman. A Ouagadougou, comme pour beaucoup de travailleuses domestiques, l’activité principale de la jeune maman est la lessive. Elle dit sillonner des quartiers tels Palg-la-Yiri, Kamsonghin, Naab-raaga et Gounghin pour ce faire.

Sous la lumière de notre lampe solaire qui fait office de projecteur, les yeux de Awa tentent bien que mal d’esquiver les rayons lumineux qui s’enfoncent dans le noir. Elle vit et travaille avec son bambin. Il n’y a pas de garderie. Et quand son enfant tombe malade, c’est vers les pharmacies ‘’zoé n’bass taaba’’ (médicaments de la rue, ndlr) qu’elle accoure. « Quand on va au dispensaire, on me donne du sirop qui n’a aucun effet sur mon enfant », confesse-t-elle. Mais comparativement, Awa n’envie plus la vie au village. Loin de là ! La vie dans la capitale semble meilleure ! « Ici, la vie n’est pas aussi dure qu’au village. Ici, si tu laves les habits, tu peux avoir à manger », lance Awa avec un large rire.

Plus d’une cinquantaine d’enfants en âge d’aller à l’école n’y vont pas – B24

Lorsque le soleil cède sa place aux étoiles, à Cissin, des délinquants profitent pour dépouiller les occupantes de la cour. Pire, dénonce Awa, il y a des tentatives de viol. « Ils (les présumés violeurs, ndlr) viennent se coucher sur nos nattes et se frottent à nous. Il y a un homme qui venait ici quand il est ivre pour nous toucher, mais nous l’avons chassé ».

Les travailleuses domestiques fraîchement arrivées des villages et qui arpentent les artères de Ouagadougou connaissent un autre problème. Des disparitions de jeunes filles sont constatées, raconte Sakinatou Ouédraogo. « Beaucoup de jeunes filles viennent. Comme elles ne connaissent pas la ville, des gens viennent les chercher pour les travaux dans les maisons et on ne les revoit plus ».

La présidente de l’ADDAD-Burkina avoue que pour le moment, aucune action n’est menée de concert avec les forces de l’ordre pour retrouver les filles qui manquent à l’appel. Mais la trouvaille de Sakinatou pour prévenir les disparitions, c’est de ‘’ficher’’ les nouvelles en ayant des photos d’elles avec leurs patrons et aussi, se déplacer pour connaitre le lieu de travail avant que l’aide-ménagère n’y aille.

Vidéo – Non-considération dans les politiques de santé …

Dans cette vidéo, Sakinatou Ouédraogo présente son association. A propos des complaintes que certaines patronnes formulent à l’endroit de certaines filles qui abandonnent le travail sans préavis (comme le témoigne ce commentaire sur Burkina 24) ou abusent de leur confiance pour subtiliser des biens, la présidente de l’ADDAD répond :  « Comme elles n’ont personne pour les défendre, souvent on les accuse à tort. Et parfois, elles ont peur de perdre le travail ou d’aller au commissariat et elles avouent ce qu’elles n’ont pas fait. Je ne dis pas qu’il n’y a pas d’aide-ménagères qui ne volent pas, mais la majorité est accusée à tort ».

Burkina 24

L’Association de défense des droits des aides ménagères et domestiques (ADDAD-Burkina), reconnue légalement en 2015 est en instance de renouvellement de son bureau. Mais les activités se poursuivent sur le terrain pour donner du réconfort aux travailleuses domestiques présentes et dissuader l’exode rural pour d’autres en les rejoignant dans leurs localités. Du 20 au 25 mai 2018, une mission a sillonné des localités dans le Nord et le Sahel burkinabè à cet effet. La présidente de l’ADDAD ne cesse de solliciter la bienveillance de l’Etat pour ses protégées et un plaidoyer est mené pour la ratification de la Convention n° 189 sur les travailleuses et travailleurs domestiques par le Burkina Faso.

Si les travailleuses domestiques que nous avons rencontrées trimardent pour exercer, ce n’est pas le cas pour toutes. A côté de celles qui en font un métier à temps plein, d’autres n’assurent ce travail que lors des vacances, soit pour s’occuper ou pour préparer la rentrée scolaire. Wend-Kuni fait partie de cette catégorie. Elle est native de Koné (Koudougou), mais poursuit ses études à Bantogdo « chez [ses] oncles ».

Malgré la misère apparente, les éclats de rires ont parfois fusé lors des entretiens à Cissin – B24

Wend-Kuni fera la classe de 3e à la rentrée 2018-2019. Depuis plus de trois ans, à chaque vacance, la jeune fille de 15 ans occupe son temps à Ouagadougou en qualité d’aide-ménagère. Au quartier Gounghin où nous l’avons rencontrée, elle nettoie la maison, lave les plats et les habits chez sa patronne. « Si je viens à Ouaga, si je travaille, je peux gagner de l’argent pour acheter tout ce que je veux », narre Wend-Kuni pour expliquer sa présence dans la capitale.

Beda Wend-Kuni, 15 ans, aide-ménagère durant les vacances – B24

Avec une rémunération mensuelle de 10.000 F CFA, la jeune fille utilise son salaire pour ses besoins vestimentaires. En sus, indique-t-elle, « j’achète mes cahiers. S’il y a quelque chose qui manque sur mon matériel, j’achète ». Sa scolarité, ce sont ses oncles qui s’en occupent.

« Le propriétaire a dit de sortir »

Mme Sawadogo la patronne ne tarit pas d’éloges à l’endroit de la jeune fille. « Elle est dégourdie et travaille bien », atteste-t-elle. Mais Wend-Kuni est mineure, poursuivons-nous. La réponse de Mme Sawadogo est la suivante : « Partout c’est comme ça. Les grandes filles n’écoutent pas parfois et leur histoire de garçons, ce n’est pas facile ». 

Alors que nous bouclions ces lignes, le 11 juin 2018, nous sommes touchés par Sakinatou Ouédraogo. Une mauvaise nouvelle ! A Cissin, « le propriétaire a dit de sortir », informe-t-elle. Le lendemain au petit matin, chacune avait déjà fait son baluchon.

« Aujourd’hui, il n’y a pas de travail. Il nous faut rapidement trouver une maison pour elle », poursuit Sakinatou. Un casse-tête pour la présidente de l’ADDAD-Burkina. Dans l’immédiat, les occupants de la cour de Cissin, environ 120, seront hébergés au siège de l’association.

Mais le vœu de Sakinatou, c’est qu’un centre d’accueil leur soit donné. Le 16 juin de chaque année étant la Journée internationale des travailleurs et travailleuse domestiques, ceux du Burkina comptent bien égrainer leurs doléances.  

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Il y a 3 commentaires

  1. Voici un personnel très important mais qui, malheureusement n’est pas valorisé. Chapeau au journalistique pour le style et la forme. le fond reste néanmoins à creuser. Courage

  2. Souleymane ROAMBA |

    Un très bon article, poignant et interpellateur, le tout rendu à travers une belle plume! Congratulations

  3. Bon article, vivement que quelque chose soit fait pour ces battantes qui jouent un rôle très important dans notre société même si leur travail est mal perçue. Elles pouvaient opter pour une solution facile et se livrer au plus vieux métier, mais non, elles décident de se battre. Courageuses non?

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *