Sécurité routière : Des feux tricolores solaires bientôt dans les rues de Ouaga

64 0

Squall Group SARL, en partenariat avec l’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ANEREE), a décidé d’offrir des équipements solaires à la Commune de Ouagadougou. Une initiative qui peut être jugée salutaire, mais,… pas de sitôt !

« Délestages et circulation routière : Et si les feux tricolores solaires s’allumaient ? ». C’est le titre d’un des articles publiés sur Burkina24, il y a trois ans. « L’absence de feux tricolores, pour défaut de moyens financiers ou tout simplement à cause d’un délestage (récurrent en période de chaleur), peut suffire à dérégler un trafic routier, voire créer le pire. Alors que souvent, à quelque chose, coup de soleil est bon », écrivait-on.

Enfin, des feux tricolores solaires ? La question a toute sa raison d’être. En effet, appel est finalement fait à la solution brillante qu’est le soleil. L’inspiration vient de Squall Group SARL, en partenariat avec l’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ANEREE).

Une technologie déjà disponible au Burkina

Des équipements solaires seront offerts à la Commune de Ouagadougou le lundi 14 octobre 2019. Il s’agit de la fourniture et de la mise en service de feux tricolores solaires au profit de l’Arrondissement n°1 de la Capitale, notamment au carrefour de l’Hôtel administratif sis à la zone ZACA.

« L’installation de ces infrastructures à ce carrefour vise à fluidifier le trafic routier urbain en facilitant l’accès aux services de la zone et à garantir une sécurité routière aux usagers dont les travailleurs de l’Hôtel administratif », peut-on lire sur une note signée de Squall A. Ouédraogo, Responsable de Squall Group.

A noter qu’au Burkina Faso, plusieurs personnes s’illustrent déjà dans la conception de feux tricolores solaires depuis belle lurette. Au nombre de ces concepteurs, il y a Kushiator Newlove Kwaku, directeur général du Bureau de recherche et de transfert de technologie (BRTT) et Youssouf Bara, un enseignant en électronique basé à Bobo Dioulasso.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre