CDP : Des cadres exigent la démission d’Eddie Komboigo

1123 0

Des cadres du Congrès pour la démocratie et le Progrès (CDP) ont animé le jeudi 20 juin 2019 à Ouagadougou, une conférence de presse. Lors de celle-ci, ils ont dénoncé de ” graves manquements” au sein du parti ayant conduit à la saisine de la justice.

Après l’annulation du congrès extraordinaire du Congrès pour la démocratie et le progrès CDP qui était prévu se dérouler le 16 juin 2019, des cadres ont organisé un point de presse pour dénoncer les dysfonctionnements au sein de la gouvernance du parti présidé par Eddie Komboigo.

En effet, selon le député Yahaya Zoungrana, membre du Bureau exécutif du CDP, un an après l’élection du président Eddie Komboigo, le parti connait de graves crises.  Face à cette situation « les cadres du parti l’ont interpellé à maintes reprises en vain », a-t-il déclaré. C’est la raison pour laquelle les problèmes de gouvernance au sein du CDP s’étalent au grand dehors, poursuit le député.

Lire 👉 Achille Tapsoba dénonce “une volonté manifeste de liquider” le CDP

Parmi les nombreux problèmes, Yahaya Zoungrana a cité, entre autres, « des manquements relatifs au non-respect des dispositions substantielles du militantisme dans le parti, l’exclusion d’anciens membres de la direction du Bureau Politique national avec pour motif qu’ils ne sont pas du camp du président, le manque de sérénité dans la conduite des instances due à l’intolérance et au forceps dans la prise de décision ».

De tels comportements dénotent sans aucun doute de la volonté manifeste de l’actuel président du parti, a affirmé le porte-parole, « d’opérer un décrochage d’avec le président d’honneur, fondateur du parti Blaise Compaoré ».

A titre de preuve, lors de la rencontre du 19 janvier 2019 avec les secrétaires généraux des sections provinciales, le président a fait savoir que « l’ère Compaoré est finie. Que désormais, c’est ici et non à Abidjan que les choses se décident ». Pour les cadres, cela traduit « l’hostilité manifeste en faveur du retour de président fondateur et les exilés », a-t-il laissé entendre.

Avec de tels actes, le président actuel ne fait « aucun mystère de son ambition présidentielle et il a été le premier à se lancer ouvertement dans cette course en manipulant les structures pour leur faire croire qu’il est le candidat statutaire du parti alors qu’il n’en est rien », a-t-il précisé.

Et pire, en plus du « mépris » des règles du parti ayant conduit la saisine du juge qui a annulé  la convocation du congrès en violation du règlement statutaire, le président projette « sanctionner les plaignants pour indiscipline », a ajouté le député Yahaya Zoungrana. 

Lire 👉 Burkina : Le Congrès extraordinaire du CDP annulé par la justice

Salam Dermé, Secrétaire général et membre du bureau exécutif, a relevé que « Eddie Komboigo gère le parti comme une entreprise privée, et à son propre profit ». Aussi, il a ajouté que pour l’heure le CDP n’a pas encore choisi de candidat à l’élection présidentielle de 2020.

Les cadres, par la voix du porte-parole, exigent la démission du président du CDP, Eddie Komboigo, pour violation des textes fondamentaux du parti, notamment les articles 32, 62 et 103 et la mise en place d’une commission consensuelle et inclusive pour le traitement des dysfonctionnements du parti. Selon le député Zoungrana, « le CDP est aujourd’hui sur cale ».

Amsétou OUEDRAOGO (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre