Droit de réponse au CAPES à propos du partenariat Chine-Burkina : “Comment la Chine compte coloniser le Faso”

449 0

Ceci est une réaction de deux Burkinabè à la conférence publique organisée sur les relations entre la Chine et le Burkina.

Lors d’une récente conférence publique du CAPES sur les relations internationales et la coopération Sino-Burkinabè, publiée sur votre page web le 18 septembre 2020, les « bienfaits » de la coopération entre ces deux pays ont été vantés. En vue d’apporter des éléments d’éclairage sur les réalités de cette coopération, nous vous prions de publier ce droit de réponse.

Le Burkina Faso a repris ses relations diplomatiques avec la Chine en mai 2018 lorsqu’il a accepté la politique d’une seule Chine. Pour cela, la Chine a immédiatement annoncé la construction d’un hôpital d’une valeur de 253 millions de dollars et des négociations pour un prêt de concession pour la construction d’une nouvelle autoroute de 300 km entre Ouagadougou et Bobo Dioulasso sont en cours (1,3 milliard de dollars).

Lire aussi : La coopération gagnant-gagnant entre la Chine et le Burkina Faso : Quelles leçons en tirer?

Le projet qui a déjà démarré et devrait finalement atteindre la frontière avec la Côte d’Ivoire est estimé à 1,75 milliard de dollars, selon le ministre Ahmed Barry. L’économie du Burkina Faso dépend fortement des exportations de coton et d’or et le gouvernement espère que les entreprises chinoises investiront dans l’énergie, les mines et l’éducation et certains projets sont en cours. Le chemin de fer vers le Ghana fait également partie des attentes du gouvernement vis-à-vis de la Chine, mais c’est pour le long terme. Avant d’entrer dans les détails, un petit rappel historique s’impose.

Le Burkina Faso a commencé à douter de ses relations de 24 ans avec Taiwan lorsqu’une demande de 20 millions d’euros (31 millions de dollars) pour financer cinq projets a été refusée en 2016. Le Ministre Barry s’est rendu à Taipei pour discuter de la demande avec le Président Tsai Ing-wen, mais les pourparlers n’ont pas abouti à un financement supplémentaire.

 Or, Taïwan a débloqué un total de 707 millions de dollars en subventions et en prêts au Burkina Faso entre 1994 et 2018. N’ayant pas eu gain de cause auprès de Taïwan pour le financement supplémentaire, le Burkina se tourne vers la Chine qui s’est engagée à mettre à la disposition de l’économie Burkinabè 32,8 millions de dollars par an pour maintenir les projets en cours, et les étudiants burkinabè inscrits dans les universités Taïwanaises seront transférés dans des établissements chinois à Hong Kong.

Encore une fois, cette semaine, la Chine a à nouveau montré sa volonté de soutenir le gouvernement du Burkina Faso dans la lutte contre le COVID-19 et, également de soutenir ses stratégies de développement. Le Burkina Faso et d’autres pays africains tels que l’Algérie, le Nigéria, le Zimbabwe, la RDC, l’Éthiopie, le Soudan, la Djibouti et la Côte d’Ivoire ont reçu des experts médicaux pour aider les pays à lutter contre la pandémie de COVID-19 tandis que près de 1000 personnels médicaux chinois travaillent en Afrique depuis longtemps.

Bien que la relation avec la Chine soit censée être une relation gagnant-gagnante ou même plus bénéfique pour le Burkina Faso, le gouvernement doit savoir qu’«il n’y a pas de déjeuner gratuit». Le gouvernement doit être conscient que la Chine a des attentes au-delà de l’aspect économique et que des politiques d’endettement prudentes doivent être adoptées lors de la contraction de la dette avec la Chine. Voici quelques éléments clés à connaître sur la relation Burkina-shino à connaître et des recommandations politiques importantes.

Pourquoi la Chine prête-t-elle autant à l’Afrique?

La rapidité avec laquelle la Chine est devenue un créancier majeur du Burkina Faso et de l’Afrique en général soulève la question de savoir pourquoi la Chine s’ouvre  à ce que les économistes appellent « au risque de défaut africain ». Il existe plusieurs arguments pour assumer ce risque, certains plus cyniques que d’autres. Le premier argument important est la diplomatie du piège de la dette.

 La diplomatie du piège de la dette est menée dans le cadre de relations bilatérales entre des pays à intention négative. Des études d’experts économiques sur les pratiques de la Chine ont révélé que les modèles de prêts bancaires chinois ont délibérément piégé les gouvernements à saisir des opportunités stratégiques pour la Chine. Cela fait clairement partie de la vision géostratégique de la Chine.

Grâce à la diplomatie de la dette, la Chine exerce une influence bilatérale en mettant en faillite les pays partenaires dont la dette est insoutenable, puis en exigeant de fortes concessions dans le cadre de l’allégement de la dette. Par exemple, alors que la Chine poursuit sa campagne de financement des infrastructures mondiales dans les pays en développement, des allégations de diplomatie de la dette continuent de surgir.

Lire aussi : Le CAPES répond à Daouda Emile Ouédraogo et à Abdoulaye Ouédraogo

Lors de sa prise de fonction en mai 2018, le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad a suspendu une série de projets d’infrastructure financés par la Chine, affirmant que son pays ne pouvait pas supporter le niveau d’endettement sans précédent. Partant, il a accusé la Chine de mettre en œuvre une nouvelle version du colonialisme.

L’Éthiopie a également été confrontée à des problèmes d’endettement en raison de projets exécutés par la Chine: le remboursement de son chemin de fer de 4 milliards de dollars reliant la capitale Addis-Abeba à Djibouti voisin a été prolongé de 20 ans en raison de problèmes de surendettement. Les craintes de prêts chinois non viables en Zambie ont conduit les critiques à affirmer que la Chine prendra le contrôle des principaux actifs de l’État en raison de l’endettement de la Zambie.

Troisièmement, une partie du financement de la Chine à l’Afrique est liée à la sécurisation des ressources naturelles du continent en fournissant des infrastructures financées par des prêts garantis par des produits de base. Les prêts garantis par des ressources chinoises résolvent ce problème en permettant le remboursement sous forme de produits de base, souvent grâce à l’extraction rendue possible par l’infrastructure fournie. En termes simples, la Chine endette le pays en construisant des infrastructures qui permettront à terme d’exploiter les ressources de ce pays, lorsque ce dernier ne parviendra pas à rembourser sa dette.

En outre, la fourniture d’infrastructures en Afrique peut profiter à la Chine en permettant un transport plus rapide et moins coûteux des ressources naturelles africaines vers l’économie chinoise. On peut également affirmer qu’une meilleure infrastructure en Afrique facilitera la pénétration des produits chinois plus profondément sur le continent.

Enfin, la dette de la Chine ouvre les économies africaines aux entrepreneurs chinois. Même lorsqu’ils ne bénéficient pas directement de la dette chinoise en tant qu’entrepreneurs, les accords économiques et de dette ont fourni au secteur privé chinois une base sur laquelle, ils peuvent investir et générer des profits grâce à des entreprises commerciales en Afrique.

En agissant en tant que créancier majeur, le gouvernement chinois signale au secteur privé chinois qu’il cherche à s’engager avec l’Afrique pendant longtemps. La Chine pourrait tirer des avantages amplifiés de toute évolution économique future en Afrique, bien plus que ce qui peut être calculé uniquement en termes de remboursement de la dette.

Quelles solutions ?

Ecrire sans proposer des solutions est comme participer à une fête sans repas. Compte tenu de la très faible importance économique du Burkina Faso, on peut conclure que l’intérêt de la Chine est avant tout politique: si l’hôpital est gratuit, l’autoroute de 1,3 milliard de dollars entre la capitale Ouagadougou et Bobo-Dioulasso est couverte par un prêt de la Banque d’import-export de Chine.

Les dettes augmenteront encore lorsqu’une liaison ferroviaire entre le Burkina Faso et le Ghana sera réalisée. Il est très peu probable qu’un des pays les plus pauvres du monde puisse refinancer un tel projet. Une fois que le Burkina Faso sera endetté envers la Chine, Pékin pourrait demander d’autres formes de compensation et le Burkina Faso sera contraint de fournir un soutien politique à la Chine dans les organisations internationales. Afin de bénéficier de ce partenariat, le gouvernement devrait plus explicitement lier les projets soutenus par la dette chinoise aux besoins concrets de la population.

Les gouvernements doivent rechercher l’inclusion de garanties ou de clauses dans les accords de dette qui garantiront la création d’emplois, le transfert de connaissances et le transfert de technologie.

 Et, cela devrait s’appliquer à toutes les dettes, pas seulement à celle chinoise. En outre, les gouvernements doivent présenter au pays des plans sur la manière dont il entend gérer la dette à l’avenir et répondre aux préoccupations des citoyens face à l’escalade de la dette.

Il doit présenter une ventilation claire de la dette nationale par créancier et comment elle sera gérée de manière responsable. Enfin, la Chine devrait être plus transparente sur les termes de ces accords, permettant aux gouvernements de les comprendre avec moins d’opacité.

Abdoulaye OUEDRAOGO

Economiste à Washington

Daouda Emile OUEDRAOGO

E.mail : [email protected]

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *